Prospective

Avion électrique : oser la rupture pour relever le défi

Véritable rupture technologique, l’avion électrique permettrait de répondre à de nouveaux défis du transport aérien de demain. Toutefois, il implique de profondes mutations dans la façon de concevoir les avions et doit encore faire ses preuves sur les plans technologiques, économiques et environnementaux.

L'avion électrique est un avion dont tous les systèmes embarqués fonctionnent à l'énergie électrique, y compris la propulsion. Il offre des avantages indéniables tels que modularité, contrôle souple, absence de rejets polluants, moteurs silencieux, facilité de maintenance, etc. Aujourd’hui, seuls des prototypes d’avion électrique tels que l’E-FAN d’Airbus-Group ou l’avion de Solar Impulse existent. Est-il possible d’aller plus loin et d’envisager sur cette base les avions de transport du futur ?

L’ONERA, dont le département de prospective a pour mission d’identifier les pistes de recherche les plus prometteuses pour l’avenir, quitte à « tout reprendre depuis le début », penche pour un avion complètement différent de la configuration actuelle. En effet, il ne suffit pas de remplacer les moteurs thermiques actuels par des moteurs électriques. Il faut tout revoir pour imaginer des technologies de rupture en aérodynamique, propulsion, architecture, etc.

Il est également nécessaire d'envisager de nouvelles façons de voler : moins vite, moins haut, sur des distances plus courtes, avec moins de passagers à la fois. La recommandation de l’ONERA s’appuie sur plusieurs technologies-clés : génération d'énergie électrique par hybridation de batteries et de piles à combustible à hydrogène (besoins de puissance et d'énergie en fonction des conditions de vol), propulsion électrique répartie (répartition et intégration de nombreux petits moteurs sur une grande partie de la surface de l'avion), systèmes très automatisés d’aide au pilotage (algorithmes sophistiqués, capteurs intelligents, etc.), conception acoustique pour limiter le bruit perçu au sol, et architectures structurales hybrides ou mixtes (métal / matériaux composites) pour alléger l'avion au maximum tout en protégeant ses systèmes embarqués contre les champs électriques et magnétiques intenses.

Si tout reste à démontrer, une chose est sûre : le secteur aéronautique doit se tourner vers la recherche aujourd’hui, pour contrer la concurrence des pays émergents. L’ONERA, multidisciplinaire et tourné vers l’avenir, est prêt pour développer une synergie entre les acteurs concernés, tels que les industriels, les institutionnels et les exploitants (compagnies, aéroports).